carto 2C2A.jpg
Apsides

Un territoire étendu

Sur le plan admi­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­tra­­­­­­­­­tif, l’Ar­­­­­­­­gonne Arden­­­­­­­­­naise compte 95 communes répar­­­­­­­­­ties autour des 6 bourgs-centres de Buzancy, Le Chesne, Grand­­­­­­­­­pré, Machault, Monthois et Vouziers. On y recense 18 000 habi­­­­­­­­­tants sur 1 200 km² (120 000 hectares), soit une densité de 15 habi­­­­­­­­­tants par km². Le terri­­­­­­­­­toire repré­­­­­­­­­sente 1/4 des Ardennes, autour de la sous-préfec­­­­­­­­­ture de Vouziers. Située à mi-chemin entre Char­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ville-Mézières et Reims, au carre­­­­­­­­­four de la Cham­­­­­­­­­pagne crayeuse, de l’Ar­­­­­­­­gonne et des Crêtes préar­­­­­­­­­den­­­­­­­­­naises, à 2h30 de Paris et de Lille, à proxi­­­­­­­­­mité de la Belgique et du Luxem­­­­­­­­­bourg, c’est un espace d’éva­­­­­­­­­sion et de dépay­­­­­­­­­se­­­­­­­­­ment total.

Un territoire actif !

Au niveau écono­­­­­­­­­mique, la tradi­­­­­­­­­tion agri­­­­­­­­­cole est la filière prin­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­pale, avec l’ex­­­­­­­­ploi­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion fores­­­­­­­­­tière, l’ar­­­­­­­­ti­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­nat et le commerce. Des entre­­­­­­­­­prises indus­­­­­­­­­trielles de pointe ont égale­­­­­­­­­ment élu domi­­­­­­­­­cile en Argonne Arden­­­­­­­­­naise

Le tourisme et l’en­­­­­­­­vi­­­­­­­­­ron­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­ment consti­­­­­­­­­tuent les prin­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­pales pistes de déve­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­ment du terri­­­­­­­­­toire.


Champs de blé.JPG
Sophie Bettig

Un passé plein de bruit et de fureur

Du fait de sa situa­­­­­­­tion géogra­­­­­­­phique, l’Ar­­­­­­gonne a régu­­­­­­­liè­­­­­­­re­­­­­­­ment fait figure de champ de bataille. Par trois fois muti­­­­­­­lée (guerres de 1870, 1914–18 et 1939–45) la région, terre de mémoire, porte encore les stig­­­­­­­mates de ces conflits.

La débâcle de 1870 : la guerre voit s’af­­­­­­­fron­­­­­­­ter les troupes prus­­­­­­­siennes et celles de Napo­­­­­­­léon III. Les Ardennes sont en première ligne de ce conflit, et l’Ar­­­­­­­gonne n’échappe pas au calvaire.

Le front des Ardennes, la bataille d’Ar­­­­­­gonne et la bouche­­­­­­­rie de 1914–18 : les secteurs de Vouziers et Châtel-Chéhéry ont fait figure de points stra­­­­­­­té­­­­­­­giques. Ces posi­­­­­­­tions ont été maintes fois conquises et reprises par les diffé­­­­­­­rents prota­­­­­­­go­­­­­­­nistes.

Carmagnole Liberté
Sous-bois de Boult-aux-Bois
Sous-bois de Boult-aux-Bois
La plage du lac de Bairon en été
La plage du lac de Bairon en été
Vue aérienne de l'écluse de Montgon
Vue aérienne de l'écluse de Montgon
Étangs entre Boult-aux-Bois et Germont
Étangs entre Boult-aux-Bois et Germont
Coucher de soleil sur l'étang de Bairon
Coucher de soleil sur l'étang de Bairon
Hibou grand duc du Parc Argonne Découverte
Hibou grand duc du Parc Argonne Découverte

Un environnement préservé

L’Ar­­­­­­gonne Arden­­­­­­­naise, ce sont :

  • des milliers d’hec­­­­­­tares de forêt
  • des centaines de kilo­­­­­­­mètres de sentiers de randon­­­­­­­née
  • des lacs, la Vallée de l’Aisne
  • des animaux sauvages à tous les étages (sangliers, cerfs, chevreuils, martres, renards, blai­­­­­­­reaux, grenouilles, hérons, chouettes, chauves-souris, buses…)
  • des arbres et des fleurs qu’on ne voit nulle part ailleurs, comme les orchi­­­­­­­dées sauvages
  • des paysages superbes, vallon­­­­­­­nés, fores­­­­­­­tiers, agri­­­­­­­co­­­­­­­les…
  • la gaize, ressource locale la plus utili­­­­­­­sée en archi­­­­­­­tec­­­­­­­ture. Poreuse, grise à blan­­­­­­­châtre, souvent verdâtre, légè­­­­­­­re­­­­­­­ment rugueuse, elle affleure sur le terri­­­­­­­toire aux reliefs cassés de l’Ar­­­­­­gonne. La gaize engendre des sols pauvres, elle ne permet guère que la sylvi­­­­­­­cul­­­­­­­ture.
Partagez cette page :

A voir aussi

Documents

Contact

Argonne Ardennaise

Envie d’en savoir plus sur le terri­­­­­­­­­toire ? Contac­­­­­­­­­tez-nous !

03 24 30 23 94 secretariat@argonne-ardennaise.fr